Accueil
  Famille Pothier
  Famille Dreux
  Famille Longin
  Famille Philippe
  1914/1918
  Photos
  Remerciements
  Liens
  Livre d'Or
1914/1918


 Cette page est consacrée aux combattants de la Première Guerre Mondiale de la famille.

Claude Dreux qui a effectué son service de1895 à 1898 est rappelé dès le 01 aout 1914 et arrive le 17 pour être incorporé au 7ème escadron du train de Dôle, il est versé au 371ème régiment d'Infanterie le 10 novembre 1914, le 17 décembre 1915 il est classé "service auxiliaire" en raison de problème de poumon, le 05 mars 1917 il est définitivement réformé.

Prosper Pothier fabricant de cotonnades, après son service au 4ème RI en 1904-1905 passe le 09 aout 1914 au 9ème RAP après l'Ordre de Mobilisation Générale du 1er aout, le 17 juillet 1915 il rejoint le 13 RAC et enfin le 01 novembre de la même année on l'envoie au 114 RAL.

Ayant fait son service en 1910-1912, Jean-Marie Philippe revient sous les drapeaux suite à l'Ordre de Mobilisation dans le 23ème RI, le 28 aout 1915 il passe au 44ème RI et le 25 septembre 1916 au 42ème. Le 28 aout 1917, il est blessé par un éclat de grenade à la main gauche et doit être évacué par ambulance le 20 septembre sur Poitier, le 29 avril 1918 il est provisoirement classé "inapte à faire campagne". Camille 20 ans

Clément Longin a fait son service de 1908 à 1910 avant de partir au Canada. Cependant il revient se battre pour son pays dès  le 06 septembre 1914, pour cela il est honoré d'une citation à l'orde de la division le 16 octobre 1918, la voici : "Conducteur d'une classe ancienne (1907), venu d'Amérique à la 1ère heure, faire son devoir. Volontaire pour toutes les missions dangereuses, a assuré les ravitaillements les plus pénibles et dangereux avec toujours le même sang-froid et le même courage."

Certains d'entre eux ne revinrent jamais du front, le premier est Camille Longin ; né le 10 juin 1894 à Ranchal , il est le frère de Clément. Il a tout juste 20 ans quand le conflit éclate et n'a donc pas le temps de faire son régiment il est tout de suite envoyé au front lors de son incorporation le 1er septembre 1914 au 31°Bataillon de Chasseurs à Pieds. Il est porté disparu six mois après, le 03 mars dans le bois de Bouvigny ( Pas de Calais secteur de Lorette), un jugement du 6 mai 1921 établit la date de son dècès au 05 mars 1915.

Un frère de Marie Comby est lui aussi disparu en 1915, Jean né le 19 septembre 1888 à Ranchal est appelé dès le 01er aout suite à l'ordre de mobilisation. Il rejoint le 23° Régiment d'Infanterie de Bourg en Bresse où il avait fait son armée avant de passer au 223 RI. Le 01er octobre 1915 il est  cité à l'ordre du régiment pour sa "belle atttitude au feu", "son courage" et son "entrain". Le 17 du même mois, il est porté tué à l'ennemi aux avants postes de Reillon à 48 km de Nancy. La Croix de Guerre avec palmes lui fut attribuée.

 

Un autre frère de Clément s'est particulièrement illustré pendant le conflit; Antoine Longin dit Antonin, né le 19 aout 1892 à Ranchal, il effectuait son service depuis le 10 octobre 1913 au sein du 133° RI quand la guerre est déclarée. Il rejoint le front le 07 septembre et obtient une première citation le 12 aout 1916 pour avoir été volontaire du 22 au 25 juillet à la reconnaissance des lignes, il est qualifié de "calme etAntonin 26 ans décidé".

Le 10 avril 1917 il est nommé Caporal avant d'être blessé à la tête le 16  d'un éclat de grenade.Le 01er décembre 1917 il est cité à l'ordre une seconde fois car il montre "le meilleur entrain et un courage sans égal" et pour avoir été, alors qu'il était malade, volontaire au ravitaillement de la Compagnie malgré "des barrages d'artillerie des plus violents".

Le 01er aout 1918 il est cité une troisième fois et promu Sergent, ayant "conduit brillament sa fraction pendant les combats des 18 et 20 juillet 1918", "dirigé le tir", "assuré le mouvement de son groupe" dans un terrain bombardé et sous le feu des mitrailleuses.

Le 10 octobre 1918, à 26 ans, un mois avant la signature de l'armistice, il est tué à l'ennemi lors du combat de Hooglède en Belgique, le 26 octobre il est cité à titre posthume " Excellent sous-officier, remarquable par son entrain et sa bravoure.A fait preuve du plus bel esprit d'abnégation en assurant la liaison avec une unité voisine sous un feu très violent de mitrailleuses ennemies.A été tué en accomplissant sa mission"...

© 2009